Entretien

Le point sur la situation de l’obésité

L’obésité est un véritable phénomène médico-social au Tchad. A la direction de la nutrition, on estime que la femme beaucoup plus obese que l’homme dans le pays. L’inspecteur à la direction de nutrition et de technologie, Alenass Kila,  l’a dit dans une interview exclusive à votre radio. Voici l’intégralité de cette interview.

Dandal Kura Radio International N’Djamena : C’est quoi l’obésité ?

Alenass Kila : L’obésité ou le surpoids correspondent à une augmentation de graisse dans le corps qui est causée principalement par une alimentation riche en aliment graisseux et une activité physique faible. Des facteurs psychologiques, des maladies génétiques ou les maladies chroniques  peuvent également intervenir à leurs survenus. En d’autres termes, pour déterminer qu’une personne est obese ou pas, il y a des valeurs qui peuvent nous situer si le sujet es obèse ou pas.  On peut divise le poids divisé par sa taille au carré. Ceci donne l’IMC ou indice de masse corporel. S’il est entre 25 et 30, le sujet est en surpoids et si c’est au-delà de 30 le sujet est obese.

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Comment l’obésité se manifeste- il ?

Alenass Kila : Bon ! La manifestation de l’obésité est beaucoup plus physique et comme je l’ai dit, elle correspond à un excès de poids. Généralement, il y a des gens qui confondent l’obésité et le surpoids. Il y a des gens qui ont plus de graisse que des muscles. La graisse se détermine dans le laboratoire avec une nouvelle technique qui vient d’être installée dans notre laboratoire où elle consiste à prélever la salive, à analyser et déclarer le sujet s’il est obèse. Sinon il n y a pas une méthode physique qui peut déterminer l‘obésité.

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Quelles sont les conséquences de  l’obésité ?

Alenass Kila : Les conséquences de l’obésité sont énormes. Premièrement, je vais penser à l’hypertension artérielle, les infarctus du myocarde, l’accident cérébral vasculaire l’obésité…

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Laquelle de ces maladies provoquée par l’obésité  peut tuer facilement ?

Alenass Kila : Au Tchad en général, un individu peut tomber d’un coup et mourir, et on dit qu’il est mort d’un arrêt cardiaque sans toutefois savoir la cause profonde. Mais, là,  il faut savoir que le surpoids peut conduire déjà à l’arrêt cardiaque. Parce que la graisse bloc la circulation sanguine et conduit le sujet a la mort donc ce qui tue beaucoup plus au Tchad et l’accident cardio vasculaire. L’obésité peut aussi conduire au cancer, il y aussi l’arthrose, la maladie de la hanche de genou qui sont aussi due au surpoids.

 

 

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Y a-t-il des statistiques sur l’obésité au Tchad ?

Alenass Kila : Le surpoids et l’obésité sont des maladies qui sont beaucoup plus dans des pays industrialisés mais au Tchad, nous nous focalisons beaucoup plus sur des maladies à carence. Mais ces maladies commencent déjà à venir au Tchad parce que nous n’avons pas une bonne alimentation. Des gens mangent des viandes et prennent des sucreries sans toutefois faire des activités physiques. L’étude pour déterminer les nombres d’obèse au Tchad n’a pas été faite.  Mais avec l’habitude alimentaire des tchadiens le nombre ne peut pas être négligeable.

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Comment prévenir cette maladie de l’obésité ?

Alenass Kila : Bon ! Prévenir, on ne peut pas empêcher les gens à manger, mais il faut que la population contrôle son régime alimentaire. Il faut réduire la  quantité des aliments lipidiques et calorifiques. Parce que arriver à un certain tranche d’âge, on mange mais on ne grandi pas. Donc, il faut contrôler son régime alimentaire et avoir  des activités physiques pour éliminer la graisse accumulée dans le corps. Le seul moyen de prévention pour nous est de revoir notre régime alimentaire et avoir des activités physiques.

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Est-ce que l’obésité est liée au genre ?

Alenass Kila : Je ne peux trop me prononcer sur ça, mais l’obésité est beaucoup plus chez les femmes d’après le constat. Ceci est valable même en Europe.

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Quel message lancez-vous aux femmes pour éviter l’obésité ?

Alenass Kila : Bon! Je dis aux femmes de faire les activités physiques et de contrôler aussi leur régime alimentaire. Il faut qu’elles marchent et pas uniquement pendant leurs courses au marché.

Dandal Kura Radio International N’Djamena : Merci Alenass Kila.

Alenass Kila : Merci Dandal Kura Radio International N’Djamena.

La rédaction de Dandal Kura Radio International N’Djamena